bouquins chinés sur les conserves

Publié le par eric roux

Les balades chez Emmaüs réservent bien souvent des surprises. Je suis passionné par les conserves à la maison, comme un reflet d'une cuisine de subsistance, d'économie et mettant en oeuvre un savoir chimique et gustatif.

Passés de mode dans notre société d'abondance et de jetable, il est rare de trouver des livres contemporain traitant précisément ce sujet.
En général les livres de conserves actuels sont plutôt une posture chic de pseudo retour à la terre ou pour faire chouette dans la maison du Lubéron ou des Cévennes .

 

La grande prêtresse Ginette Mathiot, en 1948 une bible intitulée "Je sais faire les conserves". Paru chez Albin Michel sur un papier bien rêche aux doigts, tout est abordé : apertisation, lacto-fermentation, salaison, confit, fermentation, ...
À sept euros l'ouvrage faut pas se gêner.

 


Henriette Lasnet de Lanty, signa "Conserves familiales", en 1965, chez Flammarion. (acheté 5 euros).
C'est plus moderne, moins on sort de la guerre, plus basé sur le plaisir. Six chapitres pour aborder les conserves de condiments, champi, fromages, oeufs, légumes, fruits, viande, poissons et boissons.
Que ce soit par dessication, stérilisation, fumage et tout le reste, le livre est complet.

Si vous voyez ces deux petits bouquins passés à portée de bourses, foncez, achetez les.

Publié dans Littératures

Commenter cet article

Emilie 06/11/2005 08:15

ah j'aimerais beaucoup les trouver ces livres (ou d'autres équivalents) car moi je ne sais pas faire les conserves, juste les confitures !

tara 05/11/2005 19:05

bravo eric roux pour tout ce que vous donnez et faites! et surtout, on s'en fiche s'il y a des fautes d'ortographe par ci et par là! les blogs,on le savait déjà, n'ont jamais été orthographiquement corrects-

daniel 05/11/2005 10:30

Des fôtes d'aurtographe ici? Vous avez vussaoù?

Bref, vive la conserve!!!
Sans vouloir rabâcher le passé, faut dire que le moderne en ce qui concerne la "mise de côté pour l'hiver", quand il se résume à garnir son congélateur de viande broyée congelée et passée au laminoir qu'on achète au Leclerc, fait montre d'un point de vue sur le progrès guère réjouissant!
Et quelle viande me direz-vous? Y'a pourtant marqué "Bœuf" sur la boite!
Dans l'industrie tout s'appelle bœuf! C'est plus facile! Même la viande racornie des vieilles vaches à lait de type Holstein, qu'on épuisées jusqu'à tarir en les entretenant aux antibiotiques pendant les 7 ou 8 ans de leur vie loin des verts prés de la Normandie...
Quand on pense qu'une enfant de 3 ans et demi, hospitalisée à Toulouse, avait "amoureusement" été gavée par ses gentils parents, de 2 steacks congelés...
Pauvre petite ... T'as pas eu la chance d'avoir des parents à qui on aurait appris la cuisine, le goût, les saveurs autres que la viande à chat...
Et je parle pas des conserves...

Enfant, un des premiers "TINTIN' que j'ai lu, était "Tintin en Amérique"...
On y voyait caricaturisé par Hergé, le Chicago des bandits, mais aussi celui de l'industrie alimentaire moderne...
Une vache franchissait l'entrée d'une énorme usine toute guillerette et en ressortait à l'autre bout, en boites de corned-beef...
C'est ce monde là qui nous a rattrapés... Un monde de perdants en majorité avec, pour le diriger une minorité de gangsters...
La prohibition du bien manger fait leur fortune.

binaux 05/11/2005 09:14

J'adore ce que vous dites et faites à la télé...mais dommage qu'il y ait tant de fautes d'orthographe dans vos blogs...............ex :"portez de bourses"!!!!!!c'est de l'humour ?
cordialement