Open style

Publié le par eric roux

Une drôle d'idée. Au mois de décembre en passant dans une petite rue piétonne du vieux Clermont, j'ai découvert le bar à vin/plat du jour de Stéphane Majeune. Ce jeune vigneron auvergnat (militant des vins naturels sur le Domaine Peyrat) a ouvert avec des potes un lieu où il est possible de déguster tout ce qui se fait de mieux comme vins naturels en France.

En général, midi et soir, assiettes de charcuteries et de fromages encadrent un plat du jour familial. Et v'là-t-y pas le Roux qui leur dit : "et si je venais faire la cuisine un de ces soirs". Parfois de drôles d'idées vous passent par la tête, et votre bouche se met a articuler des mots totalement indépendamment de votre volonté. Du moins c'est ce que je crois. Car je venais bien de dire que j'allais assurer un service pour quarante personnes.

Quand ? ben le 4 février. Une sorte de défi de nouveau chômeur, histoire de savoir si vous en êtes capable.

Début de la mise en place 10H. vendredi matin. Le menu faisait un peu dans l'épate : verre de crème de chou-fleur au parmesan, quelques gouttes d'huile de pistache, et une pincée rouge de piment du jardin, ramequin de betterave rouge et crème fouettée de roquefort, ramequin de salade de chou avec lardons espagnols grillés et copeaux de Jabugo, en plat, des ravioles de daube et carotte confite dans le jus de daube, Saint-Nectaire et pour dessert un verre de compotée de pomme, crème fouettée au carambar et tranche de cake au épices. Toutes ces recettes sont répertoriées dans les archives du blog.

Les trois loustics du café Bancal (de g à d), François, Stéphane, Totor.

Et bien, bonjour le boulot. Je vous peux vous dire que c'était mieux à la fin du service sur les coups de 22 H qu'au début, plus fluide, plus serein. À priori pas de gros ralages, les clients, des habitués et des potes plus ou moins proches ont trouvé ça plutôt bon. A noter une table de six étudiants de l'École de Commerce de Clermont assez fan de nourriture et de vin. Ils ont monté une association au sein de leur école d'amateur de bonne chère ou bonne chair, peut être les deux et aimeraient bien que je soit leur parrain !

D'accord, à deux conditions : qu'ils soient "80 hommes pour changer le monde" (relire l'article ici) et qu'ils réfléchissent  à un projet de restaurant écologiquement responsable rentable. En tant que futurs, cadors du commerce, c'est la moindre des choses. Rendez vous a été pris.

L'entrée : betterave / mousse de Roquefort, crème de chou-fleur / parmesan / huile de Pistache, salade de chou / lard croustillant / Jabugo.

Le dessert : verre de compotée de pomme / crème fouettée carambar / cake au épices

Une découverte due aux étudiants de l'École de Commerce de Clermont. Michel Couvreur achète du distillat pour whisky, et de l'eau en Écosse. Il assemble et mature en Bourgogne. Bon dieu que c'est bon. Mais c'est cher.

 Bistrot Bancal, 15, rue des Chaussetiers, à Clermont-Ferrand. tél. 04 73 14 23 92.

Imprimer l'article

Publié dans Adresses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yann Le Floch 19/05/2007 11:47

Un endroit fort agréable, du personnel sympatique et compétent, des plats simples mais élaborés à partir de produits d'excellente qualité une cave quasi "idéale" à mon goût, et pour couronner le tout des sélections musicales choisies par  Totor, mélomane invétéré. En bref, un "bouclard" fait pour les gens qui aiment les choses "vraies"! 
Dommage pour cette soirée spéciale qui serait, je pense, à renouveler (prévenez moi!!!).

jerome 16/02/2006 23:38

c'est vraiment une tres belle demarche, merci, stephane majeune est deja tres connu a Paris pour ces vins, tous les meilleurs cavistes qui promotionnent les vins dit natures le distribue( ne surtout pas confondre avec bio, qui ne veut pas dire grand chose) stephane respecte l'environnement, le terroir et en quelques sortes  nous les consommateurs.il a efface l'effroyable image des vins auvergnats et en plus d'autres vignerons auvergnats suivent cette demarche : privilegier la qualite a la quantite, rendements raisonnes, traitement de la vigne naturel, vinification et elevage qui laissent parler le raisin et le terroir. Je suis un clermontois exile a Paris comme tant d'autres et quand je bois le vin de stephane je retourne un peu chez nous le temp d'un verre.
longue vie au bistrot bancal, a l'auvergne et a ceux qui savent la mettre en valeur

daniel 06/02/2006 21:09

Entre nous, mes idées à la con, ne sont pas si connes qu'elles n'en ont l'air...
Je vois bien l'Éric et son grand orchestre jouant sur les plats, s'entreprendre une grande tournée dans la France des petits bistrots, rien que pour remettre certaines pendules à l'heure...

A l'heure où tout le monde partout bouffe la même cuisine sans saveur, à ce midi si peu solaire(en décalage de 2 méridiens au moins) où tous les employés de bureau se satisfont d'un poisson carré entièrement pané, où toutes les secrétaires se sustentent d'une moitié de steack haché soi-disant sans graisse, où tous les dirigeants de grandes compagnies, parce qu'ils en ont les moyens, s'encrassent les babines à la lamproie à la Bordelaise, à cette heure précise où les différences se font parfaitement jour, la légitime intervention de l'artiste solaire qu'est Eric, viendrait remettre en question le pourquoi du comment que y'en a qui se la pètent au hasard du portefeuille, tandis que d'autres ne se la pètent qu'au hasard de leur gros colon, déjà très malade...

mary 06/02/2006 20:01

et bien bon courage M.Roux, wala, c'est tout, parce que la boustifaille de resto, ça doit être dur. bon heu parce que, mine de rien, quel appétit quand c'est bon, et je doute pas que ça sera bon.
n'empêche bon courage, pis un jour, si vous passez par Toulouse, essayez vous a la cuisine bio végétarienne, là je pourrai viendre et promis, je ramènerai toutes mes copines (on est 100% bio, because étudiantes en bio, et donc, la qualité et le respect de la nature sont très important) walaa
Bon courage (3° édition mais pas inutile)

eric r 06/02/2006 17:25

Pour alter eco j'ai cité le livre. Allez voir dans les archives.
eric r