Je veux de l’espoir !

Publié le par eric roux

I -  Ce n’est pas un conte !

C’était en début d’année, Eric Joszef de Libération, nous raconté une bien belle histoire.

Dans un article daté du 3 janvier 2006, nous découvrions Luca Digesù. Il est boulanger, descendant d’une famille de boulanger, à Altamura, dans les Pouilles, le midi de l’Italie. Il a installé son magasin Piazza Zanardelli et il vend des pizzas, du pain des pouilles A.O.C., des focaccia, de la pâtisserie. Rien de fantastique, si ce n’est, que sa fameuse boulangerie : casse-croûte à emporter, est placée juste à coté d’un Mac Donald. Le Mac Do d’Altamura, comme une fenêtre sur la globalisation, et l’accés, tant rêvé, enfin à disposition, d’un certain rêve américain. L’idée de notre Luca, est bien simple; profiter de la clientèle du fast-food. Ça a marché au-delà de toutes espérances, son entreprise, foncièrement, et indécrottablement a entraîné la fermeture du Mac Do.

Le pot de terre contre le pot de fer, ou le petit gagne enfin. ( pour lire l’article aller sur : www.bap.propagande.org/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&p=20112 )

II -  Faut-il croire ?

Mercredi 15 février, Frédéric Lemaître dans Le Monde, proposé un article intitulé “Danone entre business et bienfaisance”. Franck Riboud est fier de proposer dans les quartiers défavorisés de Joannesburg des yaourts parfumés à la fraise pour 1 rand (15 cents d’euros). En lisant l’article, l’histoire a vraiment l’air bien. Sincère, presque équitable.

Pour lire l’article vous pouvez le trouver à: www.africatime.com/afrique/nouvelle.asp?no_nouvelle=239626.

J’arrive pas à me faire une opinion, dites nous ce que vous en pensez. En tous cas si Franck (Monsieur Riboud), tu viens sur rouxcuisine.com (et pourquoi pas), pourrais tu nous accorder une ITV sur ce projet et nos préoccupations de nourriture politique. Ca ferait un chouette podcasting. Allez, un effort Franck...

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

florence 04/12/2006 12:40

Il y a peu d'illusions à se faire.
Danone, comme chacun le sait, exploite les eaux d'evian. En 2004, le groupe a commandé à une PME un immeuble de 5000m² de bureaux à Evian , afin de regrouper son personnel. Après avoir décidé de ne plus acheter cet immeuble, mais de le louer ( à charge bien sûr de la PME qui avait d'ores et déjà financé toutes les études d'assurer tout le financement), le groupe a décidé, malgré le bail signé, de ne pas utiliser ces locaux.Divers expédients juridiques ont été utilisés, des prétextes peu honorables pour ne pas respecter le contrat signé. Certains représentants du groupe allant d'ailleurs jusqu'à sous entendre que la disparition de la PME serait accueillie avec bonheur!!! Après plus d'un an sans loyer, cela relève d'ailleurs du possible. Eu égard aux millions d'euros que représentent les contrats publicitaires passés par " we will crok you", la presse est peu encline à se saisir d'un tel sujet; que représentent 20 salariés face à ce potentat économique?
A ce jour, les loyers dûs par danone depuis plus d'un an ne sont toujours pas payés, une société installée à Lausanne, en suisse  et qui regroupe Danone et un groupe israélite ( eden Mei) dispose également de bureaux, certains élus de l'opposition de la ville d'évian déplorent des manoeuvres de restructuration... La PME ne sera sans doute pas la seule à devoir se contenter de l'eau du robinet
 

Grenouille de Bénitier 23/02/2006 12:40

Après tous ces commentaires pertinents, je n'ai plus rien à dire, sauf à ajouter ma voix à celles de fleur de vanille et tous ceux qui vont dans ce sens. Danone nous prend pour des cons, mais nous ne sommes pas cons ! Enfin, les personnes qui fréquentent ce blog.

Thalie 21/02/2006 15:53

Il y a déjà un petit bout de temps, je ne merappelle plus où exactement, que j'avais lu avec délectation l'histoire de ce boulanger italien plein de bon sens. Non seulement je lui tire mon chapeau et salue sa ténacité et sa capacité de "combat"...Si chacun de nous avait les cojones de ne pas lâcher et de cesser de se dire que seul on ne peut rien, on lirait plus de ce genres d'histoires dans les journaux...Je salue également le bon goût de ses clients italiens, qui plus est jeunes lycéens pour la plupart... Qui a dit que les jeunes n'aimaient manger que la bouffe des fats-food !... Joli pied denez !En ce qui concerne l'article sur Danone...hummm C'est assez délicat.D'un côté, cela ne fait aucun doute que Danone ne lance pas ce "produit"  par pure préoccupation humaine... Le mot "produit" est suffisamment fort de sens, dans nos sociétés de consommation, sans que je l'entoure de termes comme marketing, publicité, profit et déshumanisation du consommateur au profit de catégories socio-professionnelles... eh oui, nous sommes tous parqués pour rentrer dans des petites fiches ici alors dans les pays dits "sous-développés", seul l'intitulé de la catégorie risque de changer...-.Bien sûr, je suis tentée de rejoindre les commentaires de certain(e)s en posant ces mêmes questions révoltantes sur l'introduction forcément malsaine d'ingrédients inconnus pour ces gens... Il n'y a qu'à voir les dégâts que l'occidental cause depuis des lustres dans tous les pays qu'il tente de "conquérir" d'une façon ou d'une autre.Cependant, je suis une éternelle humaniste... utopiste me disent certains mais, dans ce cas, ce boulanger italien ne l'était-il pas... Il y aurait quelques points à améliorer à propos de "l'idée Danone" mais tout n'est pas à jeterJe veux croire que les cadres de Danone,même haut placés, oublient une fraction de seconde le CA pour penser humain.Alors, sans gober toutes les paroles de F.Riboud et en mettant de côté toute la partie de l'article qui souligne visiblement le désir de la firme de pénétrer le marché des pays pauvres, j'ose penser que quelque part, la population trouvera son compte dans cette opération.Finalement, la plus grande crainte serait que celle-ci, comme les peuples occidentaux aujourd'hui, ne sache plus dire "non ou stop" lorsque cela ira trop loin... et continue de se laisser faire par fatalisme.Qui faudra-t-il blâmer alors ?... Sincèrement !... Le véritable pouvoir n'est pas là où l'on croit qu'il se trouve mais nous l'oublions par convenance et individualisme.J'espère donc que l'initiative danone aura de belles retombées tout de même car puisqu'elle existe déjà et que certain(e)s Sud-Africain(e)s en retirent quelques petits profits.Mais, pour conclure, je retourne une question, soulevée par Fleur de vanille, concernant les OGM : certes, il est scandaleux d'envoyer ce lait de vache nourries aux OGM mais... plus proche de nous, que penser de la clause qui fait plus que tolérer puisqu'elle encourage nos agriculteurs à planter ces fameux OGM... Ne faudrait-il pas prendre le problème à sa source ?

daniel 20/02/2006 21:57

Un bon industriel ne peut avoir le moindre état d'âme...
Sans cela la réussite s'exclue d'elle même des plans qu'il avait conçus pour la planète...

Est fou celui qui croit un seul instant que son geste(cf. franck RIBOUD) puisse être fait sans intérêt à la clef...

Si une majorité d'entre vous rêve d'un Sauveur de la planète, Jésus Christ ou Mahomet, au sujet du Riboud, vous faites fausse route...

Cette âme morte qui manque de sincérité, n'a comme dernier espoir que de s'en foutre plein les poches...

Danielle boilot 20/02/2006 18:52

Je rejoins les commentaires de sylvie billon et fleur de vanille... je ne suis pas convaincue par la charité de danone et je préfèrerai que l'on laisse et donne les moyens aux africains de se nourrir avec les produits de leur terre... "si tu veux nourrir un homme apprends-lui plutôt à pêcher le poisson" dis le proverbe chinois.
Les yaourths sud afficains c'est leur prochain macdo... en ce sens je salue la réussite du boulanger italien  car c'est lui qui est dans le vrai

Eric, continuez car j'adore votre façon de concevoir la cuisine