Tapassomezze

Publié le par eric roux

Salade de courgettes grillées
 

Feuillettés de blette
 

Petit marseillais farcis à la brandade
 

Pommes de terre nouvelle confite
 

Haricots à l'étouffée
 

Hier, mon vieux pote Lionel est venu manger à la maison. Il a beau avoir était prof., marchand de disques, producteur des Dogs et des Calamités et être animateur radio, je crois que son vrais truc, c’est la cuisine. Une super occasion pour me déchaîner à réaliser un repas qu’avec des petits trucs quelques peu régressifs. Des, qui se mangent avec les doigts, se pioche dans un verre ou insiste sur la consistance crémeux/mousseux.

Le problème de cette pratique tapassomezze, c’est que vous n’utilisez pas des produits de riches (ceux qu’aime le râleur monsieur Duret voir les com.), mais c’est surtout du boulot et de la technique.

En général je procède par deux entrées.
La première c’est ce que j’ai sous la main, et sous la main au cœur de l’été c’est bien souvent pour moi le jardin. La deuxième c’est les contenants, tel ou tel petit pot en nombre assez grand pour satisfaire les invités.

Alors ça donne une petite liste gribouillée derrière une enveloppe usagée :

- Purée de betterave rouge et mousse de Roquefort dans des pots en verre de crème caramel de récupération voir article “mousse à l’apéro”
- Mirepoix de concombre et crème fouettée à la poutargue de mulet dans des petits coquetier vert de chez Habitat achetés en super solde à 0,70 cents pièce. voir article “mousse à l’apéro”
- Salade de courgettes grillées dans des verres à pan (comme à la cantine). (recette déjà donnée),
Oeufs brouillés aux poivrons fondus dans des coquilles d’oeufs sur des coquetiers toujours de chez Habitat mais là blanc crème,
- Feuillettes aux blettes et à la nigelle,
- Petits poivrons farcis à la brandade.
C’est le même principe que les tomates à la brandade d “attraits détournés des tomates” . Si vous avez la chance de trouver des poivrons petit marseillais, propre au bouche du Rhône ou poivron d’Ampuis du sud le région lyonnaise c’est exactement la bonne taille pour en faire deux bouchées
- Brochette de pommes de terre confites,
- Haricots à l’étouffée
dans des petites cocottes Le Creuset. voir article "retour de vadrouille"
- Gaspacho parfumé au basilic dans des verres à pan. voir article “attraits détournés des tomates”
- Poivrade au vinaigre et aux amandes dans des petites verrine (80 ml) de chez Weck (voir papier sur le foie gras à la vapeur).

Vous avez vu un certain nombre de ces recettes ont déjà été données dans les articles précédents.
Un truc qui peut être réutilisé en plat d’accompagnement, ce sont les pommes de terre confites. C’est trop riche en beurre, mais délicieux.

Pommes de terre confites.

- 6 belles pommes de terre de très bonne qualité style amandine,
- 125 g. de beurre, une demi plaquette,
- quatre gousses d’ail,
- Fleur de sel,
- deux branches de thym frais.

Peler les pommes de terre. Tailler dans la longueur des tranches de un centimètre d’épaisseur. Laver à l’eau fraîche vos pommes de terre et les essuyer soigneusement dans un torchon propre.

Vous pouvez aussi tailler un cylindre et le débiter en rondelles de 7 à 8 mm d’épaisseur, c’est elle que j’ai utiliser pour les brochettes.

Faire fondre tout doucement, les 125 g. de beurre. Verser dans une poêle assez grande pour recevoir toutes vos pommes de terre, en faisant bien attention de garder dans la casserole le petit lait du beurre.

Faire chauffer ce beurre clarifié à feu très doux et mettre les pommes de terre à cuire pour 1/2 d’heure. En début de cuisson imprimer un mouvement circulaire à votre poêle pour éviter que les pommes de terre ne collent.

Retourner vos pommes de terre et faire cuire sur l’autre face de nouveau 1/2 d’heure à feu très doux.
Un demi heure avant la fin de cuisson, ajouter dans votre poêle les gousses d’ail pelées, fendues en deux dans la hauteur et dégermée.

Les pommes de terre confites, doivent être dorées sur chaque face. Les déposer sur du papier absorbant pour retirer l’excédent de matière grasse. Les déposer sur une assiette de service chaude, saupoudrées de fleur de sel et de thym effeuillé, sans oublier un peu d’ail écrasé à la fourchette.
Dans le cas des brochettes individuelles vous pouvez égoutter vos pommes de terre, les laisser refroidir et les enfiler sur des brochettes. J’ai utiliser des petits bambon japonais avec un noeud à une extrémité. Vous n’aurez plus qu’à les réchauffer au moment du service.

Imprimer l'article

Publié dans Recettes

Commenter cet article

Bruno 09/12/2005 13:50

Eric,
J'adore tes interventions, tes idées, l'intelligence avec laquelle tu réalises et présentes tes chroniques et ton blog ... mais, s'il est top dans sa présentation et son contenu, épargnes nous les fautes d'auretaugrafe à répétition, ça gâche le plaisir. Merci et continues c'est super!
Bruno

Claudie 09/12/2005 13:11

Merci ! merci de nous faire cette chronique tous les jours sur C+ ! merci pour le blog, les photos et la bonne humeur qui accompagne !
Je t'embrasse Eric
Claudie qui adore la cuisine et qui souvent danse en épluchant !!