Marché dans le midi

Publié le par eric roux

Quatre petits jours d’escapade méridionale et l’occasion de faire un tour sur un marché entre Marseille et Toulon. Densité de population vacancière un peu épuisante, mais surtout un drôle de constat : Le marché était beau même très beau, plusieurs maraîchers vendant en direct un grand et beau choix de légumes et plusieurs poissonniers avec de superbes poissons de pêches locales.

De quoi satisfaire une curiosité gourmande légitime.

Et bien c’est là que je suis surpris, avec des prix égaux, voir inférieurs aux grandes surfaces locales, les vacanciers sont assez casaniers dans leurs habitudes alimentaires.
Par exemple, plusieurs maraîchers proposaient  une magnifique petite variété locale de poivron, le petit marseillais, à coté des habituels gros poivrons carrés, de couleurs pimpantes variées, chers aux bouquins compilations de recettes plus ou moins modes.

Poivron marseillais
 

En discutant avec les maraîchers, le petit poivron local n’est acheté que par les locaux, très peu de vacanciers tentent l’expérience de la forme et du goût différent.

Oignon de Simiane
 

Pareil pour le magnifique oignon provençal, le Simiane, les vacanciers préfèrent les habituels oignons paille de grandes productions.
Et pourtant, quel intérêt à la cuisine, si ce n’est la curiosité, et la découverte de l’autre, proche ou très éloigné.
Manger, c’est tout autant se nourrir qu’absorber du sens. Goûter l’autre, tester ses produits et l’interroger sur ses pratiques de cuisine et de jardin, c’est certainement une des manières les plus amusantes pour découvrir celui qui est étranger à notre culture quotidienne, à l’imaginaire de sa nourriture.

Loin de moi une quelconque colère, juste une sorte de vague à l’âme. L’acceptation de l’autre, de l’immigré et de notre voisin européen, passe aussi par la quotidienneté, de sa manière de penser, de son rythme de vie et de ses habitudes alimentaires. Une façon de nourrir notre découverte, et de construire peut être une société plus ouverte et tout au moins attentive à qui est l’autre.

Vous voyez, comme le disait Alain Chapel, la cuisine est loin d’être qu’une affaire de recette, mais bien plus un levier de la découverte, et une photographie de la société dans ses évolutions et ses réactions.

Bon demain, plus cool, ce sera recette. D’accord ?

Publié dans Reportages

Commenter cet article

krysalia 19/08/2005 14:08

" manger, c'est tout autant se nourrir qu'absorber du sens "

cette phrase exprime exactement ce qu'est la cuisine, pour moi.

remy rouvet 17/08/2005 11:31

Autre pensée du jour:
A Tarbes: fromage basque de brebis, bien vieux quiest fort, qui sent et qui est marron: Obligé de l'acheter sous le manteau car cela ne plait pas aux services vétérinaires! vive les normes !(a 5euros 95 le kilos, c'est mieux que du fromage fade a 14 euros le kilos ... pour ceux qui aiment, bien sur !)

remy rouvet 17/08/2005 11:26

Au fait, en vacances, j'ai fait un séjour au pays basque; dont un crochet par espelette. Là j'ai découvert la gelée de piment, dit comme cela, ça fait barbare, mais il y as des trucs a faire avec !
Voila, c'était ma pensée du jour !

remy rouvet 17/08/2005 11:22

tres bien ces vacances, merci !
Donc, les magasins ED sont tres bien, pas plus tard qu'hier, j'y ai trouvé du basilic dit " marseillais" a petite feuilles, dont vous aviez parlé dans une de vos rubrique.
Il y as aussi réguliérement les petits poivrons.
Autre adresse perso: a cadenet au dessus d'aix en provence, pres de pertuis; un producteur commercialise de tres bons produits. en bord de la départementale, avant le pont qui surplombe " la durance" et entre dans cadenet, des produits a la pelle et pas cher: en juillet: 4 euros la cagette d'abricots (entre 5 et 6 kilos) pour confiture ! 8 euros la cagette de 9 melons; ... et que du naturel ma bonne dame !
Pour ce qui est des vacances, elles collent bien au sujet:
Marché dans les pyrénnées: a TARBES outre les haricots tarbais, il y as aussi les oignons longs de TREBONS, les confitures de cerises noires, sans parler du marché au gras: aiguillettes, foie gras, manchons, ...
A noter: la grande halle de Tarbes as été entiérement rénové, c'est génial de faire son marché dans un endroit pareil !

nicolas fouache 17/08/2005 10:27

Moi, je ne suis pas vraiment surpris que peu de vacanciers essayent...
La majorite des consommateurs continuent de demander:
- du porc sans gras, bien maigre, et donc fade et body bulde
- du boeuf bien tendre, si jeune qu'on dirait un veau
- des legumes qui brillent, parfaitement ronds et calibres
- des abricots gorges de jus, meme si ils n'ont plus de saveurs...

j'en passe et des meilleurs.

Non je ne suis pas aigris, je veux juste rappeler qu'a mon sens le consommateur a une part de responsabilite dans la "crise de la malbouffe", et que pour une partie de la population, la quantite prime sur la qualite, et la cuisine n'est pas un loisir digne d'interet.